Énergies renouvelables : de nombreux défis

Texte mis à jour le 22.05.2022

Temps de lecture : 15 min

windrad-bei-gewitter-a9a42092-5ef5-46bc-9807-f269f699b169

Ce texte est focalisé sur les contraintes techniques et économiques des énergies renouvelables dans le secteur électrique, en faisant abstraction des autres sujets clés de la transition énergétique, tels que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, traités dans les textes sur le tournant énergétique ( Allemagne-Energies 1 ) et sur les bilans énergétiques : Comparaison Allemagne et France ( Allemagne-Energies 2 ).

Le texte contient des informations sur l´utilisation des énergies renouvelables dans les secteurs de l´électricité, de la chaleur et du froid ainsi que des transports. En raison de sa pertinence particulière, l´accent est mis sur le secteur de l´électricité. 

Sommaire

Contribution des énergies renouvelables à la consommation d´énergie finale

Chaleur et froid produits à partir d´énergies renouvelables

Énergies renouvelables dans le secteur des transports

Électricité d´origine renouvelable

Loi sur les Énergies Renouvelables (Erneuerbare Energien Gesetz- EEG)

Développement des énergies renouvelables

    • Objectifs pour 2030
    • Objectif de 70 GW d´éolien en mer d´ici 2045

Contraintes techniques

Contraintes économiques

Perspective

Références

Contribution des énergies renouvelables à la consommation finale énergétique

En 2021, la part des énergies renouvelables à la consommation d´énergie finale atteint 19,7% (BMWi 1). L’Allemagne avait déjà dépassé en 2020 son objectif de 18 % fixé par la Directive 2009/28/EC en atteignant une part de 19,3 %, cf. figure 1.

Fig 1 Part EnR Conso finale
Figure 1 : part des énergies renouvelables à la consommation finale énergétique

Cependant une accélération du développement des énergies renouvelables sera nécessaire pour atteindre les futurs objectifs climatiques plus ambitieux de l´UE.

Au total, 467 TWh ont été produits à partir de sources d´énergies renouvelables au cours de 2021 (BMWi 1). La répartition entre les secteurs de l´économie est illustrée dans la figure 2. 

Fig 2 apport energetique enr
Figure 2 : apport énergétique des énergies renouvelables en 2021

La biomasse est la principale source avec une part de 55% à la fourniture d´énergie finale d´origine renouvelable, en raison de ses multiples utilisations dans tous les secteurs (sous forme de combustibles solides pour le chauffage, de biocarburants pour les transports ou de biogaz pour la production d´électricité). Les éoliennes arrivent en deuxième position avec une part de 24% en 2021.

Bien que les énergies renouvelables aient connu une évolution positive au cours des dernières années, il existe de grandes différences entre les secteurs : alors que la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d´électricité a plus que doublé au cours des dix dernières années, les parts dans les secteurs de la chaleur et des transports augmentent assez lentement (BMWi 1)

Fig 3 Part Enr
Figure 3 : évolution de la part des énergies renouvelables dans les secteurs de l´électricité, de la chaleur et des transports (les valeurs pour le secteur des transports sont légèrement différentes selon la Directive RL2009/28/CE)

Chaleur et froid produits à partir d´énergies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables dans la consommation d´énergie finale du secteur de la chaleur (et du froid) a été peu dynamique dans la dernière décennie. Leur part a augmenté de 1,2% par rapport à 2020 pour atteindre 16,5 %. La consommation totale de chaleur renouvelable a augmenté à 199,4 TWh en 2021 (2020 : 181,7 TWh), notamment en raison des températures plus fraiches.

Les différentes formes de biomasse dominent la consommation d´énergie finale renouvelable. La biomasse solide, c´est-à-dire le bois sous ses différentes formes d´utilisation, fournit de loin la plus grande part. Au total, la biomasse solide et les déchets biogènes ont fourni 148,7 TWh de chaleur renouvelable en 2021. La biomasse liquide a contribué à hauteur de 2,9 TWh et le biogaz à hauteur de 19,8 TWh.

La contribution du solaire thermique (8,4 TWh) est en 2021 inférieure à celle de l´année record 2020 (8,9 TWh) en raison d´un ensoleillement plus faible. La mise à disposition de chaleur à partir de la chaleur de l´environnement et de la géothermie a gagné en importance en 2021 et se situe, avec 19,4 TWh nettement au-dessus du niveau de 2020 (+ 11%).

Fig 4 Chaleur et froid
Figure 4 : consommation finale des énergies renouvelables dans le secteur de la chaleur et du froid

Énergies renouvelables dans le secteur des transports

Le secteur des transports se caractérise par la progression de la part des énergies renouvelables la plus faible. En incluant la consommation d´électricité renouvelable dans les transports ferroviaires et routiers, la part s´élève à 6,8 % en 2021 ce qui correspond à 39,4 TWh.

Avec 34,3 TWh, les biocarburants représentent la part la plus importante dans la consommation dans le secteur des transports. Le biogazole couvre 24,9 TWh de la consommation, suivi par le bioéthanol avec 8,4 TWh. La contribution du biométhane (1,0 TWh) et des huiles végétales (0,02 TWh) est faible.

La consommation totale d´électricité dans le secteur des transports s´élève à environ 12,4 TWh en 2021, dont environ 5,1 TWh sont d´origine renouvelable.

Fig 9 Conso finale transports
Figure 5 : consommation finale des énergies renouvelables dans le secteur des transports

Électricité d´origine renouvelable

Loi sur les Énergies Renouvelables (Erneuerbare Energien Gesetz- EEG)

Le développement des énergies renouvelables dans le secteur électrique est un aspect emblématique du tournant énergétique allemand. La Loi sur les Énergies Renouvelables, entrée en vigueur en 2000, est considérée comme le moteur du développement des énergies renouvelables. Cette loi a fixé, en marge des règles du marché, la garantie d´un tarif de rachat sur 20 ans et l´obligation pour le gestionnaire de réseau d´acheter en priorité l´électricité produite à partir des énergies renouvelables.

Les conditions très avantageuses des tarifs de rachat garanti ont attiré des investissements considérables, conduisant au développement massif des énergies renouvelables et à des coûts importants pour le consommateur d´électricité. La charge de soutien aux énergies renouvelables, financée par le prix de l´électricité, s´est envolée depuis 2000 (voir plus loin).

La loi sur les Énergies Renouvelables a été adaptée au fur et à mesure et l´objectif de la part des renouvelables à la consommation brute d´électricité constamment rehaussé (voir figure 6).

Fig 1 Adaptations successives EEG
Figure 6 : adaptation régulière de la Loi sur les Énergies Renouvelables (EEG) ; la courbe en vert montre la part des énergies renouvelables à la consommation brute d´électricité

La mise en place des mécanismes de rémunération sur le marché avec prime (EEG 2014) et des appels d´offres (EEG 2017) a contribué à limiter la tendance haussière de la charge de soutien mais malgré cela le prix du kWh payé par les ménages allemands et les PME est aujourd´hui parmi les plus élevés d´Europe.

Le développement des éoliennes en mer est règlementé dans la Loi pour le Développement et la Promotion de l´Énergie éolienne en Mer (Windenergie-auf-See-Gesetz – WindSeeG), entrée en vigueur en 2017 (BMWi 3). Des appels d´offres ont été introduits pour toutes les éoliennes en mer mises en service à partir de 2021.

L´avenant à la Loi sur les Énergies Renouvelables entré en vigueur début 2021 (EEG 2021) vise l´objectif d´une part des énergies renouvelables de 65% à la consommation brute d´électricité d´ici 2030 en tablant sur une consommation brute de 580 TWh (OFATE 2021a). La Loi définit une trajectoire de développement de la puissance installée jusqu´en 2030, soit 71 GW pour l´éolien terrestre, 20 GW pour l´éolien en mer, 100 GW pour le photovoltaïque et 8,4 GW pour la biomasse. Dans ce contexte, la loi fixe, de manière contraignante, la feuille de route pour y parvenir.

Le nouveau gouvernement en fonction depuis décembre 2021 veut accélérer la transition énergétique et vise maintenant une part des énergies renouvelables à la consommation brute d´électricité de 80% d´ici 2030 (Allemagne-Energie 2021a).

Lors du bilan d´ouverture sur la protection du climat présenté en janvier 2022, le Ministre Fédéral de l´Économie et de la Protection du Climat a annoncé un programme d´urgence pour la protection du climat et pour la redynamisation du développement du photovoltaïque et de l´éolien avec des lois et mesures concrètes prévues courant 2022 (BMWi 2022 ; OFATE 2022).

Le paquet législatif de plus de 500 pages appelé « paquet de Pâques » (Osterpaket), adopté par le cabinet des ministres le 6 avril 2022, veut poser la base d´un approvisionnement en électricité quasi climatiquement neutre en 2035 (Allemagne-Energies 2022c). Un deuxième paquet de mesures dit « paquet d´été » (Sommerpaket) est prévu courant 2022 et sera focalisé sur la réduction de la lourdeur administrative des projets. 

Une mesure phare du « paquet de Pâques » est l´amendement à la Loi sur les Énergies Renouvelables du secteur électrique (EEG 2023). Il est prévu d´intensifier fortement l´accroissement des capacités d´éolien et de photovoltaïque lesquelles doivent non seulement contribuer à la protection du climat mais dans le contexte de la guerre en Ukraine aussi réduire la dépendance aux importations d´énergies fossiles. 

En tablant sur une consommation brute de 750 TWh, l´objectif de développement de la puissance installée à l´horizon de 2030 a été rehaussé par rapport à la loi EEG 2021, soit 115 GW pour l´éolien terrestre, 30 GW pour l´éolien en mer, 215 GW pour le photovoltaïque (voir plus loin).

Développement des énergies renouvelables

La priorité est donnée au développement des énergies intermittentes, éolien et photovoltaïque. En 2021, leur part à la production totale des énergies renouvelables atteint environ 70% lissée sur l´année, cf. figure 7 (BMWi 1 ; UBA 1).

Après une croissance continue au cours des années précédentes, la production d´électricité renouvelable a nettement baissé en 2021. Des conditions météorologiques défavorables ont notamment entraîné une baisse significative de la production éolienne. L´ensoleillement relativement faible a pu être compensé par la forte croissance des installations photovoltaïques.

La production restante est fournie par des sources renouvelables pilotables comme les bioénergies (biomasse, biogaz), le gaz de décharge, le gaz de stations d´épuration, les déchets biogènes et la géothermie. La production de l´hydroélectricité (centrales au fil de l´eau et éclusées, centrales associées à un lac ou un réservoir avec apports naturels) est toutefois tributaire des précipitations. La production à partir de la géothermie s´élève à seulement 0,25 TWh, soit 0,1% de la production renouvelable totale.

Fig 2 Bruttoerzeugung _EE 2020
Figure 7 : production brute des énergies renouvelables lissée sur l´année

Entre 2000 et 2021, la capacité installée a été multipliée par 11,5, cela correspond à l´ajout annuel moyen de 6 GW, cf. figure 8 (BMWi 1 ; UBA 1).

Fig 3 Kapazitaet_EE 2020
Figure 8 : capacité installée des énergies renouvelables

Objectifs pour 2030

Suite à l´électrification accrue des autres secteurs de l´économie, le gouvernement table sur une forte hausse de la demande annuelle d´électricité à 750 TWh à l´horizon de 2030 soit environ 180 TWh de plus que dans l´estimation de début 2021 (580 TWh). L´objectif de « 80% renouvelables » implique, en moins de 10 ans, plus qu´un doublement de la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d´électricité, soit 600 TWh contre 234 TWh en 2021.

Le tableau 1 montre l´accroissement des capacités d´éolien terrestre et maritime ainsi que du photovoltaïque réalisé et prévu à l´horizon de 2045 (BMWi 1).

En matière de biomasse une capacité de 8,5 GW est visée en 2030. La biomasse sera davantage axée sur des centrales de pointe très flexibles, afin que la bioénergie puisse jouer son rôle au service du système et contribuer davantage à la sécurité de l´approvisionnement en électricité.

Tableau 1 Kapazitaet
Tableau 1 : accroissement des capacités d´éolien terrestre et maritime ainsi que du photovoltaïque

Les 360 GW visés en 2030 nécessitent un triplement de la capacité actuelle (cf. tableau 1). De plus il faut tenir compte du fait que les anciennes installations qui ont cessé de bénéficier du mécanisme de soutien après 20 ans, seront déclassées dans les prochaines années.

Selon les chiffres provisoires, la capacité du photovoltaïque s´élève à environ 59 GW fin 2021. L´objectif de 215 GW de photovoltaïque d´ici 2030 nécessiterait l´ajout annuel d´environ 17,4 GW en moyenne dans la période de 2022 à 2030. Après une phase de démarrage un ajout annuel de 22 GW est prévu à partir de 2026 et sera maintenu à ce niveau jusqu´en 2035.

Entre 2010 et 2021, l´augmentation annuelle moyenne de la capacité a été d´environ 4 GW. Après un développement de l´ordre de 8 GW/an entre 2010 à 2012, plusieurs années d´un faible ajout annuel ont suivi. Depuis 2019 on observe une légère reprise mais un développement toujours trop faible par rapport aux exigences nouvelles (figure 9). Il faudrait entre 2022 et 2030 plus que quadrupler l´ajout annuel moyen réalisé entre 2010 et 2021.

Fig 9 PV Zubau 2030
Figure 9 : développement de la puissance installée du photovoltaïque depuis 2010 et ajout annuel moyen nécessaire entre 2022 et 2030

Selon les chiffres provisoires, la capacité de l´éolien terrestre s´élève à environ 56 GW fin 2021. Le développement des éoliennes terrestres présente un bilan mitigé entre 2010 et 2021 avec un ajout moyen de 2,5 GW/an (figure 10). Après l´ajout moyen de plus de 4 GW/an entre 2014 et 2017 le rythme moyen a baissé à 1,5 GW/an depuis 2018. Sur la période 2018 – 2020 des appels d´offres ont été sous-souscrits et des volumes appelés restés sans attribution (BMWi 1).

Sur la base du rythme de réalisation actuel et du nombre d´installations déjà adjudiquées mais pas encore réalisées, la légère reprise en 2021 ne cache pas le fait que l´ajout de capacité supplémentaire en 2022 ne devrait pas dépasser les 3 GW au mieux. L´ajout net s´élève à seulement 0,36 GW au premier trimestre 2022 selon (FA Wind 2022).

Pour atteindre le nouvel objectif de 2030 d´au moins 115 GW il faudrait un ajout annuel moyen de 6,5 GW entre 2022 et 2030, soit plus que doubler l´ajout annuel moyen réalisé entre 2010 et 2021. Le gouvernement a l´intention de créer un environnement favorable sur le marché et supprimer les obstacles administratifs. Étant donné que ces mesures ne produiront leurs effets qu´avec un certain retard, un ajout de 10 GW/an sera nécessaire dès 2025.

Fig 10 Zubau 2030 Wind Land
Figure 10 : développement de la puissance installée de l´éolien terrestre depuis 2010 et ajout annuel moyen nécessaire entre 2022 et 2030

En outre, jusqu´à fin 2030 une capacité de presque 25 GW d´éolien terrestre sortira du mécanisme de soutien selon une estimation du gouvernement allemand (Deutscher Bundestag 2020). Il est certes difficile de prévoir combien de temps la poursuite de l´exploitation de ces éoliennes sera rentable d´un point de vue économique et technique. Quoi qu´il en soit, le déclassement des installations est à prendre en compte dans les prévisions de développement du parc éolien terrestre et rehausse le besoin de l´ajout annuel pour atteindre l´objectif de 2030.

La capacité de l´éolien en mer s´élève à 7,8 GW fin 2021. Aucune nouvelle éolienne n´a été raccordée au réseau en 2021 (BMWi 1). Un ajout annuel moyen d´environ 2,5 GW sera nécessaire entre 2022 et 2030 pour atteindre l´objectif de 30 GW, soit un quadruplement de l´ajout annuel moyen de 0,6 GW réalisé entre 2010 et 2021, cf. figure 11.

Par voie d´appels d´offres, 4,1 GW ont été adjudiqués pour une réalisation prévue entre 2022 et 2026. Des appels d´offres et la réalisation de 18,1 GW supplémentaires seront encore nécessaires pour atteindre l´objectif de 2030 (Deutsche WindGuard 2022 ; Allemagne-Energie 2022b).

Étant donné que là aussi la redynamisation du développement nécessite un certain temps de préparation, l´ajout annuel nécessaire devrait largement dépasser les 2,5 GW à la fin des années vingt.

Fig 6 Zubau 2030 Wind offshore
Figure 11 : développement de la puissance installée de l´éolien en mer depuis 2010 et ajout annuel moyen nécessaire entre 2022 et 2030 

Objectif de 70 GW d´éolien en mer d´ici 2045

L´objectif de 70 GW d´ici 2045, requiert le développement de nouvelles zones d´exploitation en mer (Allemagne-Energies 2022b). Cependant la superficie à disposition en Mer du Nord et en Mer Baltique pour la mise en place des éoliennes est limitée, en tenant compte des réserves naturelles et des routes maritimes. Selon les études actuelles, une capacité éolienne en mer supérieure à 40 GW serait possible. Une densité de puissance éolienne trop élevée pourrait toutefois baisser sensiblement le facteur de charge à cause de l´effet de sillage (Allemagne-Energies 2020). La capacité installée n´est donc pas le seul facteur déterminant, mais aussi la densité de puissance et les heures de pleine puissance réalisables par an.

Contraintes techniques

L´orientation vers un mix électrique à forte proportion d´énergies renouvelables avec l´abandon de moyens pilotables (nucléaire et charbon) recèle aussi de nouveaux défis pour le réseau de transport. Les gisements de vent, dans le nord du pays, étant géographiquement distants des grands centres de consommation dans l´ouest et sud industriel, l´épine dorsale est constituée par plusieurs tracés nord – sud en courant continu afin de limiter les congestions.

Le développement des réseaux de distribution est également d´une grande importance pour la mise en œuvre des énergies renouvelables. La majorité des installations d´énergies renouvelables décentralisées y est raccordée. De plus, l´électrification des autres secteurs de l´économie conduit à la croissance rapide des nouveaux consommateurs connectés majoritairement au réseau de distribution

La priorité donnée au développement des énergies intermittentes, éolien et photovoltaïque est aussi un défi pour le maintien de la sécurité d´approvisionnement en Allemagne et en Europe.

En effet, pour sécuriser l´approvisionnement c´est l´instant qui compte et non pas la production lissée sur une période donnée car il est nécessaire d´équilibrer instantanément la production et la consommation sur l´ensemble du réseau.

Cependant la production des énergies renouvelables à base d´éolien et de photovoltaïque est soumise à de fortes variations.

La production intermittente peut parfois excéder la demande et ensuite baisser rapidement à un niveau faible pendant plusieurs heures. La figure 12, générée à partir du site smard de l´Agence Fédérale des Réseaux (SMARD), montre à titre d´exemple les variations de production des énergies renouvelables intermittentes dans la première quinzaine de décembre 2021. On peut observer trois pics de production au-delà de 30 GW et plusieurs périodes de faible production en-dessous de 10 GW (< 8% de la capacité totale)

Fig 7 production solar_wind Dezember 2021
Figure 12 : production énergies renouvelables intermittentes du 1er au 14 décembre 2021 (pas horaire)

Les « dark-doldrums », traduction anglaise du mot allemand « Dunkelflaute » sont un défi particulier. Ils désignent un épisode prolongé de production éolienne et photovoltaïque très faible, combiné à une demande d´électricité accrue en fin d´automne ou en hiver. L´association européenne des producteurs d´électricité et de chaleur VGB PowerTech e.V. a publié deux études sur la performance des éoliennes en Allemagne et en Europe (VGB 2017, 2019). Entre 2010 et 2016, l´étude montre environ 160 épisodes de 5 jours de production éolienne faible et pour chaque année un épisode prolongé de vents faibles de 10 à 14 jours. 

L´Europe occidentale se comporte souvent comme une zone venteuse assez homogène, dominée par l´influence des grands courants océaniques ou continentaux. Le foisonnement de l´éolien au niveau européen se révèle donc peu efficace et le foisonnement solaire est lui-même limité parce que l´Ouest européen ne couvre que 1,5 fuseau horaire (Flocard et al. 2014).

Grâce aux moyens pilotables en backup, l´Allemagne fait actuellement encore partie du groupe de tête en matière de sécurité d´approvisionnement. La situation pourrait changer avec l´abandon définitif du nucléaire fin 2022 et des centrales à charbon à partir de 2030, date visée par le nouveau gouvernement. Pour pallier l´intermittence des énergies renouvelables, la stratégie actuelle consiste en la construction de nouvelles installations à gaz en backup compatibles à terme avec un fonctionnement à l´hydrogène. Avant la guerre en Ukraine l´Allemagne se fournissait à environ 55% du gaz auprès de la Russie. La flambée du prix du gaz et les efforts pour s´émanciper de la forte dépendance au gaz russe ébranlent cette stratégie.

Face à la variabilité intrinsèque d´une production électrique s´appuyant sur une grande part d´énergies renouvelables intermittentes, l´abandon des moyens pilotables conventionnels nécessite le développement de mesures supplémentaires, telles que : installations de stockage à grande échelle pour disposer de réserves opérationnelles d´équilibrage, nouvelles unités de pointe pilotables bas-carbone, flexibilité considérable du côté de la demande (management de la demande d´électricité) et des réseaux électriques plus développés et interconnectés.

La mise en place de millions de petites unités de production décentralisées notamment à base d´énergies renouvelables intermittentes, injectant majoritairement dans le réseau de distribution, entraîne un changement radical dans le fonctionnement du système électrique. Le fonctionnement fiable du système électrique soulève donc aussi la question des mesures à prendre pour assurer les services système (maintien de la tension et de la fréquence, mise à disposition de la puissance réactive, redémarrage du réseau suite à un « black-out »).

La stabilité du système électrique repose actuellement sur les grandes masses tournantes, les rotors des alternateurs des centrales conventionnelles.  A l´avenir il faudra donc maintenir la stabilité en dépit de la réduction de cette inertie. Or, si des solutions techniques existent permettant de maintenir la stabilité du système électrique avec une capacité réduite de centrales conventionnelles, elles se trouvent à différents stades de maturité. La démonstration de la faisabilité sur un grand système électrique dans un pays de la taille de l´Allemagne n´a pas encore été fournie.

Des mesures supplémentaires et le développement de nouvelles technologies seront donc nécessaires pour assurer la sécurité d´approvisionnement, d´où la nécessité absolue d´un suivi conséquent dans les années à venir.

Contraintes économiques

Les composants réglementés par l´État (taxes et contributions, tarifs d´utilisation des réseaux) représentent actuellement environ trois quarts de la tarification du prix du kWh. La majeure partie de la fiscalité est actuellement constituée par la charge de soutien aux énergies renouvelables.

La charge de soutien est calculée à partir de la différence entre le prix de l´électricité du marché et le prix de rémunération que les exploitants des installations d´énergies renouvelables électriques reçoivent.

La figure 13 montre l´évolution du soutien en Md€ ainsi que la charge de soutien en €/MWh aux énergies renouvelables électriques depuis 2010 (BMWi 2).

Fig 8 Charge de soutien
Figure 13 : évolution du soutien et de la charge de soutien aux énergies renouvelables électriques

Entre 2010 et 2014 le soutien triple, stagne de 2014 à 2020 dans la fourchette de 22 à 24 Md€ et s´envole en 2021 à 33 Md€. La principale raison de cette hausse a été la baisse du prix sur le marché spot, suite à l´effondrement de la consommation d´électricité dû à la crise sanitaire du Coronavirus en 2020. C´est pourquoi le gouvernement a plafonné en 2021 la charge de soutien à 65 €/MWh : le surplus est financé par une subvention de l´État de 10,8 milliards d´Euros, alimentée par les recettes de la taxe carbone sur les émissions des produits combustibles non couverts par le système européen d´échange de quotas d´émissions.

La situation change à nouveau en 2022. Suite à la flambée des prix de l´électricité sur le marché de gros, le soutien aux énergies renouvelables électriques baisse à 16,3 Md€. Avec une subvention supplémentaire de l´État la charge de soutien se réduit à 37,23 €/MWh en 2022 soit environ – 43% par rapport à 2021 (Allemagne-Energies 2021b).

La figure 14 montre la contribution du consommateur final au soutien en 2021 et 2022. En tenant compte de la subvention de l´État de 3,25 Md€, la contribution baisse à 13,1 Md€ en 2022 (BDEW 2021).

Fig 9 Contribution des consommateurs à la charge de soutien
Figure 14 : contribution des consommateurs et subvention de l´État en 2021 et 2022

A partir du 1er juillet 2022 le soutien aux énergies renouvelables sera entièrement financé par l´État (Allemagne-Energies 2022c), dans le but de limiter la hausse des prix de l´électricité des citoyens.

Cependant le prix de l´électricité ne dépend pas seulement des taxes et contributions mais aussi de l´évolution des autres composants du prix de l´électricité, à savoir la part « fourniture » comprenant les coûts de production et commercialisation de l´électricité et la part « acheminement » (transport et distribution).

Depuis plusieurs années le tarif d´utilisation du réseau de transport augmente. Un certain nombre de facteurs y ont contribué, entre autres les investissements importants dans la modernisation des réseaux de transport et de distribution mais aussi la hausse des interventions pour éviter la congestion du réseau de transport. Pour l´essentiel, cette hausse des interventions provient du retard pris dans le développement du réseau, lequel n´arrive pas à suivre le rythme auquel se développent les énergies renouvelables intermittentes.

De plus il faut compter sur une augmentation de la demande d´électricité suite à la croissance rapide des nouveaux consommateurs (voir plus haut). Cela majore le risque d´une augmentation significative du prix de l´électricité.

En conclusion, il subsiste quelques doutes si et dans quelle mesure le prix de l´électricité diminuera réellement dans les années à venir. Si le prix de l´électricité dépassait la capacité financière des consommateurs finaux il y aurait un risque de compromettre l´acceptation sociétale de la transition énergétique.

Un autre facteur pour la réussite de la transition énergétique est l´effet sur l´emploi.  Comme conséquence de la transition énergétique des emplois sont supprimés dans le secteur des énergies conventionnelles, tandis que de nouveaux emplois et champs professionnels émergent dans le secteur des énergies renouvelables. En fonction des méthodes de calcul employées les résultats fournis par l´analyse des effets de la transition énergétique sur l´emploi varient fortement. Toutefois la majorité des études concluent que les effets de la transition énergétique sur l´emploi sont positifs (UBA 2021, OFATE 2021b).

Perspective

La mise en œuvre du programme d´urgence de 2022 déterminera si l´Allemagne parviendra à atteindre ses objectifs ambitieux de 2030 en matière d´énergies renouvelables (BMWi 2022). L´État doit créer les conditions favorables pour un développement environ trois fois plus rapide qu´au cours des 20 dernières années.

Références

AGORA Energiewende (2022) Die Energiewende in Deutschland: Stand der Dinge 2021, Rückblick auf die wesentlichen Entwicklungen sowie Ausblick auf 2022, en ligne : https://www.agora-energiewende.de/veroeffentlichungen/die-energiewende-in-deutschland-stand-der-dinge-2021/

Allemagne-Energies (1) Le tournant énergétique allemand. En ligne : https://allemagne-energies.com/tournant-energetique.

Allemagne-Energies (2) Bilans énergétiques : Comparaison Allemagne et France. En ligne : https://allemagne-energies.com/bilans-energetiques.

Allemagne-Energies (2020) Le développement de l´éolien maritime dans la partie allemande de la Mer du Nord tributaire de l´effet de sillage. Allemagne-Energies. En ligne : https://allemagne-energies.com/2020/04/17/le-developpement-de-leolien-maritime-dans-la-partie-allemande-de-la-mer-du-nord-tributaire-de-leffet-de-sillage/.

Allemagne-Energies (2021a) Le nouveau gouvernement allemand veut accélérer la transition énergétique, en ligne : https://allemagne-energies.com/2021/12/08/le-nouveau-gouvernement-allemand-veut-accelerer-la-transition-energetique/

Allemagne-Energies (2021b) La charge de soutien aux énergies renouvelables électriques baisse de 43% en 2022. Allemagne-Energies. En ligne : https://allemagne-energies.com/2021/10/16/la-charge-de-soutien-aux-energies-renouvelables-electriques-baisse-de-43-en-2022-%ef%bf%bc/.

Allemagne-Energies (2022a) Allemagne : les chiffres clés de l´énergie en 2021, en ligne : https://allemagne-energies.com/2022/01/16/allemagne-les-chiffres-cles-de-lenergie-en-2021/

Allemagne-Energies (2022b) Bilan 2021 de l´éolien en Allemagne. Allemagne-Energies. En ligne : https://allemagne-energies.com/2022/02/03/bilan-2021-de-leolien-en-allemagne/.

 Allemagne-Energies (2022c) L´Allemagne vise un approvisionnement en électricité presque 100% renouvelable d´ici 2035. Allemagne-Energies. En ligne : https://allemagne-energies.com/2022/03/07/lallemagne-vise-un-approvisionnement-en-electricite-presque-100-renouvelable-dici-2035/

BDEW (2021) BDEW Strompreisanalyse, novembre 2021, en ligne : https://www.bdew.de/media/documents/20211115_BDEW-Strompreisanalyse_November-2021.pdf

BMWi (1) Zeitreihen zur Entwicklung der erneuerbaren Energien in Deutschland. Bundesministerium für Wirtschaft und Klimaschutz. En ligne : https://www.erneuerbare-energien.de/EE/Navigation/DE/Service/Erneuerbare_Energien_in_Zahlen/Zeitreihen/zeitreihen.html.

BMWi (2) EEG: Daten und Fakten. Bundesministerium für Wirtschaft und Klimaschutz. En ligne : https://www.erneuerbare-energien.de/EE/Navigation/DE/Recht-Politik/Das_EEG/DatenFakten/daten-und-fakten.html.

BMWi (3) Informationsportal Erneuerbare Energien. Recht und Zuständigkeiten. Bundesministerium für Wirtschaft und Klimaschutz. En ligne : https://www.erneuerbare-energien.de/EE/Navigation/DE/Technologien/Windenergie-auf-See/Rechtlicher-Rahmen/Rechtsnormen/rechtsnormen.html.

BMWi (2022) Habeck legt Eröffnungsbilanz Klimaschutz vor „Müssen Geschwindigkeit der Emissionsminderung verdreifachen ». Communiqué de presse du 11 janvier 2022. Bundesministerium für Wirtschaft und Klimaschutz. En ligne : https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Pressemitteilungen/2022/01/20220111-habeck-legt-eroffnungsbilanz-klimaschutz-vor.html.

Deutscher Bundestag (2020) Rückbau und Entsorgung von Windrädern. Antwort der Bundesregierung auf die Kleine Anfrage der Fraktion der AfD. Bundestags-Drucksache 19/17209 vom 14.02.2020. Deutscher Bundestag. En ligne : http://dip21.bundestag.de/dip21/btd/19/172/1917209.pdf.

Deutsche WindGuard (2022) Windenergie-Statistik: Jahr 2021, en ligne : https://www.windguard.de/jahr-2021.html

FA Wind (2022) Windenergieausbau stockt im Frühjahr 2022. Das erste Quartal war eines der ausbauschwächsten der letzten 10 Jahre. Auch die Genehmigungslage büßte an Dynamik ein. Fachagentur Wind an Land. En ligne : https://www.fachagentur-windenergie.de/aktuelles/detail/windenergieausbau-stockt-im-fruehjahr-2022/.

Flocard et al. (2014) Électricité : intermittence et foisonnement des énergies renouvelables. Techniques de l’Ingénieur, Document BE 8586, 2014, en ligne : Flocard foisonnement

OFATE (2021a) Mémo sur la loi allemande sur les énergies renouvelables 2021. 22 janvier 2021. Office franco-allemand pour la transition énergétique. En ligne : https://energie-fr-de.eu/fr/systemes-marches/actualites/lecteur/memo-sur-la-loi-allemande-sur-les-energies-renouvelables-2021.html.

OFATE (2021b) Les effets de la transition énergétique sur l´emploi : évolutions et perspectives, 2 décembre 2021, en ligne : https://energie-fr-de.eu/fr/societe-environnement-economie/actualites/lecteur/note-de-synthese-sur-les-effets-de-la-transition-energetique-sur-lemploi.html

OFATE (2022) Bilan d´ouverture du ministre fédéral de l’Économie et du climat. Office franco-allemand pour la transition énergétique. Office franco-allemand pour la transition énergétique. En ligne : https://energie-fr-de.eu/fr/societe-environnement-economie/actualites/lecteur/bilan-douverture-du-ministre-federal-de-leconomie-et-du-climat.html.

SMARD Strommarkdaten, en ligne : https://www.smard.de/home

UBA (1) Erneuerbare Energien in Zahlen. Umweltbundesamt-Arbeitsgruppe Erneuerbare Energien Statistik (AGEE-Stat). En ligne : https://www.umweltbundesamt.de/themen/klima-energie/erneuerbare-energien/erneuerbare-energien-in-zahlen#strom

UBA (2021) Indikator: Beschäftigte im Bereich Erneuerbare Energien. UBA – Umweltbundesamt. En ligne : https://www.umweltbundesamt.de/daten/umweltindikatoren/indikator-beschaeftigte-im-bereich-erneuerbare#die-wichtigsten-fakten

VGB (2017) Wind energy in Germany and Europe. Part 1: Developments in Germany since 2010. VGB PowerTech 8/2017. En ligne : VGB-Windstudie-2017-part I-EN

VGB (2019) Wind Energy in Germany and Europe, Status, potentials and challenges for baseload application, Part 2 : European Situation in 2017, VGB Power Tech 3/2019, en ligne : https://www.vgb.org/vgbmultimedia/PT201903LINNEMANN-p-14954.pdf

 

 

 

 




.