Résultat de l´appel d´offres « Bioénergies » 2018

  • L´agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur) a publié le 19.9.2018 /1/ les résultats de l´appel d´offres 2018 pour les bioénergies. Le montant moyen de l´adjudication était de 14,73 c€/kWh
  • Le volume attribué était avec 76,54 MW plus élevé qu´en 2017 (27,55 MW) mais nettement en-dessous du volume mis en adjudication de 225,8 MW

biomasse-1

Comme en 2017 l´appel d´offres 2018 pour les bioénergies a rencontré peu de succès auprès des soumissionnaires. Cela compromet l´extension programmée des bioénergies de 150 MW par an bien que les bioénergies soient considérées à coté de l´éolien et le photovoltaïque comme un pilier central des énergies renouvelables. Leur part à la production brute s´élevait à 7,8% (51,4 TWh) en 2017.

L´agence fédérale des réseaux a retenu 71 offres d´un volume total de 76,54 MW. Le volume offert par les soumissionnaires était nettement inférieur au volume mis en adjudication de 225,8 MW. Parmi les offres retenues, 13 concernent des installations nouvelles (29,5 MW) et les autres (47 MW)  des installations déjà existantes dont la durée de soutien restante était inférieure à 8 ans.  Le montant le plus bas de l´adjudication était de 10,0 c€/kWh, le montant moyen de 14,73 c€/kWh et le montant le plus élevé retenu de 16,73 c€/kWh. La plupart des offrants retenus reçoivent le montant le plus élevé fixé par l´agence fédérale des réseaux, c´est à dire 14,73 c€/kWh pour des nouvelles installations et 16,73 c€/kWh pour des installations existantes.

Selon la fédération allemande des entreprises de l’énergie BDEW /2/ il faudrait améliorer les conditions – cadres pour les bioénergies pour exploiter pleinement les volumes mis en adjudication.

Références

/1/ Bundesnetzagentur, communiqué de presse du 19.9.2018 : Ergebnisse der Biomasseausschreibung 2018, https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Pressemitteilungen/DE/2018/20180919_Biomasse.html?nn=265778

/2/ BDEW : communiqué de presse du 20.9.2018 : »Stefan Kapferer zu den Ergebnissen der zweiten Ausschreibung für Biomasse », https://www.bdew.de/presse/presseinformationen/stefan-kapferer-zu-den-ergebnissen-der-zweiten-ausschreibung-fuer-biomasse/

Le baromètre 9/2018 de la transition énergétique de McKinsey : l´électromobilité constitue un défi considérable pour les réseaux de distribution

McKinsey a publié son baromètre semestriel 9/2018 de la transition énergétique, complété par une analyse spéciale de  l´électromobilité /1/.  Le cabinet évalue depuis 2012 quatorze indicateurs sous l’angle de leur progression vers les objectifs prévus pour 2020.

Par rapport au dernier baromètre de 3/2018 huit indicateurs présentent des variations. Cinq indicateurs se sont améliorés, trois se sont dégradés. Six empruntent la bonne trajectoire au regard des objectifs fixés pour 2020, en revanche certains  objectifs principaux de la transition énergétique à l´horizon 2020 ne seront toujours pas atteints.

Photo Mckinsey

Parmi les indicateurs sur la bonne trajectoire figurent la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d´électricité (36,4% en 2017), les coupures de courant non prévues (12,8 minutes) ainsi que la marge de réserve des capacités de production électrique par rapport à la pointe (4,3%).

Egalement sur la bonne trajectoire sont les indicateurs : prix de l´électricité pour  l´industrie en baisse de 8,7% par rapport à l´année passée, entrant pour la première fois dans la catégorie « réalisation de l´objectif réaliste », ainsi que le nombre d´emplois liés aux renouvelables en hausse de 10 000 et à l´industrie électro-intensive en hausse de 32 000 par rapport à l´année précédente.

Un léger besoin d’adaptation existe toujours pour l´indicateur « capacité d´interconnexions électriques ». La capacité d’interconnexions rapportée à la capacité électrique installée a augmenté à 8,9% (7% selon le dernier baromètre).  La Commission Européenne (CE) retient un objectif de capacité d’interconnexions de 10 % pour 2020.

Toutefois, selon McKinsey la réalisation d´ici 2020 des 7 critères serait inatteignable :

  • L´objectif national de 40 % de réduction des émissions des gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport à 1990 : l´Allemagne est en 2017 avec 905 Mt CO2 éq. très loin de son objectif de 750 Mt CO2 éq. en 2020.
  • La réduction de la consommation d´énergie primaire : une baisse de la consommation d´énergie primaire de 20% d´ici 2020 par rapport à 2008 est prévue. L´indicateur se dégrade depuis 2014, l´objectif de 11 454 PJ (274 Mtep) en 2020 reste très éloigné avec 13550 PJ (323,6Mtep) en 2017.
  • La réduction de la consommation d´électricité : l´objectif de 553 TWh d´ici 2020 (baisse de 10% par rapport à 2008) est inatteignable (600 TWh en 2017).
  • Les coûts des interventions des gestionnaires des réseaux allemands relatifs à la stabilisation du réseau : en 2017 les coûts de stabilisation ont atteint avec 1,45 milliards d’Euros un niveau record. Cela correspond à une augmentation de plus de 60% par rapport à 2016. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser 1 €/MWh de l´électricité produite sur la base des énergies fatales (éolien, solaire). La valeur actuelle s´élève à 9,9 €/MWh donc très loin de l´objectif.
  • Les prix de l’électricité pour les ménages et pour l´industrie : le prix du KWh payé par le ménage allemand est le plus cher d’Europe. En 2017 le ménage allemand « moyen », avec une consommation située entre 2500 kWh et 5000 kWh, a payé 30,5 ct/kWh en 2017 contre 20,5 ct/kWh en moyenne dans le reste de l’UE. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser un écart de 25,5% par rapport à la moyenne de l´UE. Avec un écart actuel de presque 49% l´objectif reste très éloigné.
  • Le coût de soutien des énergies renouvelables : la subvention aux énergies renouvelables pour 2018 s´élève à 6,8 cts/kWh donc une légère baisse par rapport à 2017. La raison est l´augmentation attendue du prix de l´électricité sur le marché spot et une réserve de liquidité (Liquiditätsreserve) importante sur le compte attribué aux énergies renouvelables. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser 3,5 cts/kWh d´ici 2020.
  • La construction des lignes de transports d’électricité : le plan actuel de développement du réseau a déterminé 7700 km de lignes nouvelles ou renforcement des lignes existantes comme prioritaires. Le critère de McKinsey est l´objectif de construction de 3582 km d´ici 2020 : Actuellement 912 km seulement sont construits à la fin du premier trimestre 2018.

Analyse spéciale de  l´électromobilité

McKinsey a examiné comment le système énergétique allemand sera préparé au boom de l´électromobilité. Selon le cabinet, les répercussions sur la consommation d´électricité seraient faibles. La demande d´électricité pour un million de véhicules électriques serait de 2 à 3 TWh par an donc moins de 0,5% de la consommation totale. Même avec une part de 40% de véhicules électriques au parc, la consommation augmenterait  d´environ 40TWh par an, correspondant à moins de 10% de la consommation d´électricité totale.

C´est une autre chose concernant les réseaux de distribution. Les réseaux de distribution ne sont pas préparés à une demande massive de recharge des véhicules électriques et pourront vite arriver à  saturation. Le développement des réseaux de distribution est complexe et onéreux, s’élevant à plusieurs dizaines de milliards d´euros dans les 5 à 10 années prochaines.

 Référence

/1/ McKinsey,  communiqué de presse du 5.9.2018, « Energiewende: Verkehrswende wird für Verteilnetze zur großen Herausforderung », https://www.mckinsey.de/news/presse/energiewende-verkehrswende-wird-fur-verteilnetze-zur-grossen-herausforderung

Érosion des moyens de production pilotables dans l´Union Européenne

La fédération allemande des entreprises de l’énergie BDEW a publié en août 2018 une analyse sur l´évolution des moyens de production pilotables en Europe. Le motif de l´étude était l´incertitude du développement du parc thermique en Allemagne (sortie du nucléaire et du charbon) et la circonstance que l´Allemagne pourrait ne plus être en mesure d’assurer la sécurité de l´approvisionnement en électricité sans apport des pays frontaliers.

L´étude attire l´attention sur le fait qu’on observe  dans les autres pays européens la même tendance à réduire les capacités des centrales thermiques concomitamment au développement des énergies renouvelables intermittentes. La réduction des moyens de production pilotables et la montée en puissance simultanée des énergies fatales amoindrissent les possibilités de secours inter-frontaliers lors des situations de pointe en cas de vagues de froid, remettant ainsi en question la garantie de la sécurité d’approvisionnement en Allemagne.

BDEW Bericht_RWE
Figure 1 : Analyse de la fédération des entreprises de l’énergie BDEW sur les moyens de production pilotables à l´étranger susceptibles de garantir l´approvisionnement en Allemagne

Jusqu’à présent le gouvernement allemand présupposait qu´en cas de besoin – après la sortie du nucléaire et la réduction des capacités des centrales à charbon – la capacité des moyens pilotables dans les pays voisins serait suffisante pour assurer la sécurité de l’approvisionnement en Allemagne grâce aux interconnexions européennes. Une erreur de jugement selon une analyse de la fédération des entreprises de l’énergie BDEW publiée en août 2018 /1/.

L´analyse du BDEW a détecté une erreur de calcul dans les documents de stratégie du gouvernement allemand. Dans son livre vert de 2014, le Ministère Fédéral de l´Economie et de l´Energie (BMWi) part de l´hypothèse que des surcapacités de l´ordre de 60 GW de moyens pilotables seraient disponibles sur le marché de l´électricité en Europe.

Ce chiffre de 60 GW ne serait pas correct selon l´analyse du BDEW. Le ministère aurait « mal interprété » le « Mid-Term Adequacy Forecast » (MAF) /2/ du Réseau Européen des Gestionnaires de Réseau de Transport d’Electricité (en abrégé REGRT-E ; en anglais European Network of Transmission System Operators for Electricity, ENTSO-E),  association représentant les gestionnaires de réseau de transport d’électricité (GRT) à travers l’Europe.

En réalité les surcapacités de moyens pilotables en Allemagne et dans les pays limitrophes sont déjà plus basses d´un facteur 3 à 4 (15 à 23 GW).

En 2016 ENTSO-E a changé la méthodologie du rapport MAF. Les nouveaux rapports ne publient plus d´informations systématiques sur les capacités disponibles en GW mais se fondent sur les pannes d’électricité exprimées en heures („Loss Of Load Expectation“ – LOLE) et les quantités d´électricité non fournie („Energy not Supplied“ – ENS).

LOLE indique le nombre probable annuel d´heures où l´approvisionnement ne serait pas assuré par les capacités nationales ou les importations, tandis que ENS indique la quantité d´électricité en GWh probablement manquante pour assurer la demande d´électricité. Le calcul est effectué sur la base des modèles probabilistes en tenant compte des disponibilités,  de la probabilité de défaillance des unités de production et d´autres options pour maitriser l’équilibre offre-demande. Cependant il n´existe pas une valeur LOLE reconnue pour fixer un niveau de sécurité d´approvisionnement en Europe. Quelques pays considèrent même des valeurs LOLE de 3 à 4 heures comme tolérables.

Selon le rapport MAF, on note pour l´Allemagne, les Pays-Bas, la Tchéquie, la Suisse et l´Autriche pour 2020 et 2025 une valeur LOLE faible  c´est à dire que la demande d’électricité serait assurée à tout moment, à presque 100%. En revanche, pour la France, la Pologne et l´Italie les valeurs LOLE seraient plus élevées dès 2020, et après 2025 pour la Belgique (voir figure 2).

LOLE_1
Figure 2 : LOLE : Loss Of Load Expectation selon ENTSO-E et BDEW

Cette approche décrit bien la sécurité de l’approvisionnement probable dans chaque pays mais ne permet pas une évaluation chiffrée concrète des sur- ou sous-capacités disponibles en moyens pilotables en Europe.

Rapport du Centre commun de recherche (JRC) de la Commission Européenne sur les régions productrices de charbon de l´UE

Le service scientifique interne de la Commission Européenne, le Joint Research Centre (Centre commun de recherche) prévoit d´ici 2025 une réduction de la capacité des centrales à charbon dans l’UE-28 de 150 GW actuellement à 105 GW /3/. A l´horizon 2030, une nouvelle baisse de capacité à 55 GW est attendue. Cela correspond à une réduction de 63% par rapport à la situation actuelle.

JRC
Figure 3 : Rapport du Centre commun de recherche (JRC) de la Commission Européenne sur les régions productrices de charbon de l´UE

Cela signifie que, outre la réduction de la part du nucléaire en Europe, manqueront prochainement aussi des capacités de centrales thermiques à flamme. L´arrêt de centrales à charbon est certainement bénéfique pour la réduction des émissions de CO2 mais en absence de solutions de stockage massif d´énergie, les moyens pilotables adéquats sont indispensables pour suppléer aux carences des énergies renouvelables intermittentes lors des épisodes prolongés de production éolienne et solaire quasi nulle, combinée à une demande d´électricité accrue de fin d´automne ou en hiver.

Les possibilités de secours inter-frontaliers en situation de pointe deviennent de plus en plus fragiles

Selon BDEW, cette tendance des pays européens à réduire les capacités des centrales à charbon et les capacités nucléaires et à développer simultanément les énergies renouvelables rend les possibilités de secours inter-frontaliers en situation de pointe de plus en plus fragiles. L´idée d´assurer la sécurité d´approvisionnement à l´aide d´ importation d´électricité produite sur la base d’énergies renouvelables n´est pas viable considérant la similitude des conditions de vent et d’ensoleillement en Europe occidentale. Pour améliorer le potentiel de foisonnement des productions d´énergies renouvelables, il faudrait en plus un super-réseau international de lignes à haute tension, très éloigné de la réalité en Europe.

Selon cette analyse, l´Allemagne devrait  d´abord assurer son propre équilibre offre-demande car il n’y a aucune certitude que l´on puisse compter sur ses voisins pour passer les pointes pendant les vagues de froid rigoureux, si on considère que lors des moments de pointe en Allemagne les pays limitrophes sont également dans une situation proche. Cela limiterait de façon significative la marge de manœuvre pour réduire davantage la capacité des moyens pilotables en Allemagne.

Selon le BDEW l´Allemagne dispose actuellement encore d´une capacité de centrales thermiques d´environ 90 GW dont environ la moitié à base de charbon et lignite /4/. En raison de l´arrêt déjà prévu ou annoncé des centrales, dont les 9,5 GW du nucléaire restant, la capacité totale des centrales thermiques pourrait diminuer à environ 75 GW d´ici 2023 pour une pointe à 82 GW début des années 2020 selon l´agence fédérale de réseau.

Une commission créée par le gouvernement en juin 2018 doit proposer d’ici la fin de l´année une date de sortie définitive de la production d’électricité à base de charbon et de lignite /5/.

En 2015 « douze voisins électriques », dont la France et l´Allemagne ont signé une déclaration /6/ entérinant des engagements à mieux coordonner les politiques nationales de l’énergie, notamment en matière de sécurité de l’approvisionnement.

C´est un premier pas, mais la mutualisation des moyens de secours entre plusieurs pays suppose une politique commune et des règles strictes sur le dimensionnement des moyens pilotables.

Références

/1/ BDEW, communiqué de presse du 22.08.2018:  « Kraftwerks-Kapazitäten in der Europäischen Union schmelzen dahin », https://www.bdew.de/presse/presseinformationen/kraftwerks-kapazitaeten-der-europaeischen-union-schmelzen-dahin/

/2/ ENTSO-E : Mid-Term Adequacy Forecast, 2017 Edition, https://docstore.entsoe.eu/Documents/SDC%20documents/MAF/20170918_MAF_2017_FOR_CONSULTATION.pdf

/3/ Alves Dias, P. et al., « EU coal regions: opportunities and challenges ahead », EUR 29292 EN, Publications Office of the European Union, Luxembourg, 2018, ISBN 978-92-79-89884-6, doi:10.2760/064809, JRC112593, https://ec.europa.eu/jrc/en/publication/eur-scientific-and-technical-research-reports/eu-coal-regions-opportunities-and-challenges-ahead

/4/ La capacité de production en pointe du parc allemand pourrait ne plus garantir la sécurité d’approvisionnement à partir de 2020 lors d’un hiver rigoureux (mise à jour du 24 avril 2018)

/5/  https://allemagne-energies.com/2018/06/12/le-gouvernement-allemand-cree-une-commission-devant-emettre-des-propositions-pour-la-sortie-progressive-de-la-production-delectricite-a-base-de-charbon-et-de-lignite/

/6/ PENTALATERAL ENERGY FORUM : Second Political Declaration of the Pentalateral Energy Forum of 8 June 2015, https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Downloads/P-R/pentalateral-energy-forum-second-political-declaration.pdf?__blob=publicationFile&v=1