Retour d´expérience du deuxième appel d’offres bi-technologies combinant solaire et éolien terrestre

solarkraftwer-copyrightbelectric3_1

  • Lors du premier appel d’offres bi-technologies en avril 2018, seules des offres « photovoltaïque »  ont été retenues pour  l’intégralité du volume de 210 MW /1/.
  • Ce scénario s´est reproduit au deuxième appel d´offres. Les projets photovoltaïques ont à nouveau remporté l’intégralité des 201 MW en jeu /2/.
  • Ces résultats rejoignent ceux de la France. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé le 6.11.2018 avoir sélectionné les projets de centrales solaires photovoltaïques d´un volume de 200 MW, plus compétitifs que les projets éoliens déposés, dans le cadre de l’appel d’offres bi-technologies pour les énergies renouvelables /3/.

L’agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur) avait lancé, le 17 septembre, le 2° appel d’offres bi-technologies (éolien/solaire) pour une capacité totale de 200 MW/4/.

Les résultats publiés le 19.11.2018 sont sans appel. Seules des offres « photovoltaïque » ont été retenues pour un volume de 201 MW avec une valeur de référence moyenne de 5,27 c€/kWh. Un seul projet éolien a été déposé mais n’a pas reçu l’adjudication compte tenu du dépassement de la valeur de référence maximale autorisée de 8,75 c€/kWh /4/.

Les offres retenues varient entre 4,65 c€/kWh et 5,79 c€/kWh. Dix projets pour un volume total de 65 MW seront réalisés en Brandebourg. La valeur de référence moyenne du dernier appel d´offres bi-technologies en avril 2018 était avec 4,67 c€/kWh légèrement inférieure /1/.

Les projets lauréats de l´appel d’offres de novembre 2018 en France pour un volume de 200 MW  valoriseront l’électricité produite à une valeur de référence moyenne de 5,49 c€/kWh, donc légèrement plus élevée qu´en Allemagne.

Selon  M. François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire, le résultat de l´appel d’offres démontre la nécessité de développer un mix électrique renouvelable équilibré et diversifié grâce à des appels d’offres permettant de jouer la complémentarité des énergies.

L´Allemagne avait prévu des appels d´offres bi-technologies deux fois par an, de façon expérimentale pour une puissance de 200 MW afin d’en identifier les bénéfices et les inconvénients. Les 2 appels d´offres réalisés en 2018 en Allemagne – comme celui en France –  peuvent être considérés dans les faits comme des appels d´offres pour des centrales solaires photovoltaïques.

Cela pose donc la question de la pertinence des appels d´offres bi-technologies.

Références

/1/ Retour d´expérience du premier appel d’offres combinant solaire et éolien, https://allemagne-energies.com/2018/04/13/retour-dexperience-du-premier-appel-doffres-combinant-solaire-et-eolien/

/2/ Bundesnetzagentur, communiqué de presse du 19.11.2018 : « Ergebnisse der zweiten gemeinsamen Ausschreibung von Wind- und Solaranlagen », https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Downloads/DE/Allgemeines/Presse/Pressemitteilungen/2018/20181119_gema18-2.pdf;jsessionid=CABD208E9B5DB613ADFEF5D042EF1F11?__blob=publicationFile&v=2

/3/ Ministère de la Transition écologique et solidaire, communiqué de presse du 6.11.2018 :  « Appel d’offres mettant en concurrence les projets solaires et éoliens : François de Rugy désigne les lauréats pour 200MW de projets solaires », https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-actualites/2018.11.06_cp_fdr_appel_d_offre.pdf

/4/ Bundesnetzagentur, communiqué de presse du 17.09.2018 :  « Bundesnetzagentur startet zweite gemeinsame Ausschreibungsrunde für Windenergieanlagen an Land und Solaranlagen », https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Downloads/DE/Allgemeines/Presse/Pressemitteilungen/2018/20180917_GEMA.pdf?__blob=publicationFile&v=2

Pronostic 2018 : forte baisse de la consommation énergétique en Allemagne (mise à jour du 16.11.2018)

  • La consommation énergétique en Allemagne sera en 2018 vraisemblablement inférieure de presque 5% à 2017.
  • Seules les énergies sans émissions de CO2 enregistrent des progressions. On peut ainsi attendre une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre en 2018
  • la part des énergies renouvelables à la consommation brute d´électricité atteint 38 % dans les 9 premiers mois de 2018

AGEB (Arbeitsgemeinschaft Energiebilanzen) a publié le 31.10.2018 le bilan énergétique en Allemagne pour les premiers 3 trimestres 2018 /1/.

Selon les calculs préliminaires, la consommation d´énergie primaire a baissé de 5,3% dans les 9 premiers mois par rapport à la même période de l´année précédente à 224,3 Mtep grâce a une réduction de la consommation d´énergies fossiles. En revanche la consommation des énergies sans émissions de CO2 telles que les énergies renouvelables et le nucléaire a augmenté (voir figure 1).

La part du nucléaire à la consommation énergétique a augmenté de 4,9% dans les 9 premiers mois en raison de l´absence d’arrêts de tranche en 2018. La part des énergies renouvelables a augmenté de 3,1%. L´éolien affiche une hausse de 13% et le solaire de 14%. Les bioénergies sont restées au niveau de l’année précédente et l´hydraulique enregistre un recul de 10%.

Energieverbrauch_1
Figure 1 : évolution en pourcentage de la consommation d’énergie primaire sur les trimestres 1-3 2018 par rapport à la même période en 2017

Selon AGEB la consommation énergétique 2018 en Allemagne sera vraisemblablement, avec 307 Mtep*,  inférieure de  presque 5% à 2017 (322,8 Mtep*).

Pour les 9 premiers mois on obtient ainsi une réduction des émissions de gaz à effet de serre d´environ 7 % ce qui laisse attendre une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre sur 2018.

Cette baisse de la consommation énergétique s’explique par la hausse des prix des produits pétroliers, des conditions météorologiques clémentes et une amélioration de l’efficacité énergétique. En revanche les effets haussiers de la consommation énergétique tels que l´économie et la croissance démographique ont été négligeables.

Pour mémoire : l´ objectif allemand de réduction de la consommation d’énergie primaire d´ici  2020 est de 276,6 Mtep selon le paquet énergie-climat 2020 de l´UE. L´objectif national est encore plus ambitieux : – 20% d´ici 2020 par rapport à 2008 ce qui correspond à 270,6 Mtep. Du point de vue actuel l’objectif ne serait pas atteint.

Selon la fédération des entreprises de l’énergie BDEW /2/,  la part des énergies renouvelables à la consommation brute d´électricité du 1er au 3e semestre 2018 atteint 38%, c´est-à-dire une augmentation de 3% par rapport à la même période de l´année précédente (voir figure 2). Raison principale : des conditions météorologiques très favorables pour l´éolien et le photovoltaïque. La production des centrales thermiques à flamme a été en net recul, seul le nucléaire a produit 2,6 TWh de plus par rapport à la même période de l´année précédente.

Stromverbrauch_1
Figure 2 : Contribution des énergies renouvelables à la consommation brute d´électricité dans les 9 premiers mois 2018

——————————————————————————————————-

* Les valeurs nationales diffèrent légèrement par rapport aux valeurs Eurostat

Références

/1/ AG Energiebilanzen,  communiqué de presse N° 4/2018 du 31.10.2018 : „Prognose: Energieverbrauch sinkt kräftig“,   https://ag-energiebilanzen.de/index.php?article_id=29&fileName=ageb_pressedienst_04_2018.pdf

/2/ BDEW, communiqué de presse du 2.11.2018 :  » Erneuerbare decken 38 Prozent des Stromverbrauchs », https://www.bdew.de/presse/presseinformationen/erneuerbare-decken-38-prozent-des-stromverbrauchs/

Aix-la-Chapelle : Inauguration du chantier pour la première interconnexion électrique entre la Belgique et l’Allemagne ce mardi 30 octobre 2018

Amprion_Spatenstich_ALEGrO_1
Figure 1 : Premier coup de pelle dans la région d´Aix-la-Chapelle le 30 octobre 2018 pour la première interconnexion électrique entre la Belgique et l’Allemagne. Du gauche à droite : Dr. Klaus Kleinekorte, Directeur technique d´AMPRION; Armin Laschet, Ministre-Président de Rhénanie-Westphalie; Marcel Philipp, Maire d´Aix-la-Chapelle

  • le premier coup de pelle pour la nouvelle interconnexion entre la Belgique et l’Allemagne, appelé ALEGrO, a eu lieu dans la région d´Aix-la-Chapelle le 30 octobre 2018 /1/. En Belgique le premier coup de pelle a été déjà donné le 15 janvier 2018 /2/.
  • l´interconnexion électrique de 90 km en courant continu qui reliera la future station de conversion de Lixhe en Belgique à celle d’Oberzier (~ 30 km nord-est d´Aix-la-Chapelle) en Allemagne aura une capacité de 1000 MW et devrait être opérationnelle fin 2020
  • ALEGrO va permettre d’améliorer la sécurité d’approvisionnement en Belgique et dans la région d´Aix-la-Chapelle et Cologne

Si la Belgique a déjà des interconnexions électriques avec la France, les Pays-Bas et bientôt, le Royaume-Uni (projet NEMO /3/), il n’en existait jusqu’ici aucune avec l’Allemagne.

Le chantier destiné à créer la première interconnexion électrique entre la Belgique et l’Allemagne, qui devrait être opérationnelle fin 2020, a démarré mi-janvier 2018 en Belgique et fin octobre 2018 en Allemagne. Cette nouvelle liaison souterraine, appelé ALEGrO, est réalisée par le gestionnaire du réseau de transport d’électricité belge ELIA et son homologue allemand AMPRION.

ALEGrO utilisera la technologie du courant continu haute tension (HVDC). Les réseaux existants travaillant en courant alternatif, deux stations de conversion seront nécessaires et construites par Siemens. La liaison entre les stations de conversion est composée de deux câbles de 12 cm de diamètre, enterrés sur tout le tracé et donc sans aucun impact paysager.

ALEGrO schéma4-01
Figure 2 : Projet ALEGrO /2/

Avec une capacité de 1000 MW- l’équivalent de 10% de la consommation d’électricité moyenne en Belgique – ALEGrO va permettre d’augmenter les importations et les exportations d’électricité et d’améliorer la sécurité d’approvisionnement en Belgique et dans la région d´Aix-la-Chapelle et Cologne.

Le montant de l’investissement est estimé à 450 millions d’Euros répartis entre les deux  gestionnaires du réseau ELIA et AMPRION.

L´Union Européenne a retenu le projet ALEGrO sur la liste des projets prioritaires (PCI) dans le cadre du programme TEN-E (Trans – European Networks for Energy) /4/.

Références

/1/ Amprion , communiqué de presse du 30.10.2018  « Spatenstich für die erste Strombrücke nach Belgien », https://www.amprion.net/Presse/Presse-Detailseite_16576.html

/2/ ELIA , Projet ALEGrO, http://www.elia.be/fr/projets/projets-reseau/alegro/alegro-content

/3/ ELIA, Projet NEMO, http://www.elia.be/fr/projets/projets-reseau/Nemo

/4/ European Commission : Projects of Common Interest (PCI), https://ec.europa.eu/energy/en/topics/infrastructure/projects-common-interest