Le baromètre 9/2018 de la transition énergétique de McKinsey : l´électromobilité constitue un défi considérable pour les réseaux de distribution

McKinsey a publié son baromètre semestriel 9/2018 de la transition énergétique, complété par une analyse spéciale de  l´électromobilité /1/.  Le cabinet évalue depuis 2012 quatorze indicateurs sous l’angle de leur progression vers les objectifs prévus pour 2020.

Par rapport au dernier baromètre de 3/2018 huit indicateurs présentent des variations. Cinq indicateurs se sont améliorés, trois se sont dégradés. Six empruntent la bonne trajectoire au regard des objectifs fixés pour 2020, en revanche certains  objectifs principaux de la transition énergétique à l´horizon 2020 ne seront toujours pas atteints.

Photo Mckinsey

Parmi les indicateurs sur la bonne trajectoire figurent la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d´électricité (36,4% en 2017), les coupures de courant non prévues (12,8 minutes) ainsi que la marge de réserve des capacités de production électrique par rapport à la pointe (4,3%).

Egalement sur la bonne trajectoire sont les indicateurs : prix de l´électricité pour  l´industrie en baisse de 8,7% par rapport à l´année passée, entrant pour la première fois dans la catégorie « réalisation de l´objectif réaliste », ainsi que le nombre d´emplois liés aux renouvelables en hausse de 10 000 et à l´industrie électro-intensive en hausse de 32 000 par rapport à l´année précédente.

Un léger besoin d’adaptation existe toujours pour l´indicateur « capacité d´interconnexions électriques ». La capacité d’interconnexions rapportée à la capacité électrique installée a augmenté à 8,9% (7% selon le dernier baromètre).  La Commission Européenne (CE) retient un objectif de capacité d’interconnexions de 10 % pour 2020.

Toutefois, selon McKinsey la réalisation d´ici 2020 des 7 critères serait inatteignable :

  • L´objectif national de 40 % de réduction des émissions des gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport à 1990 : l´Allemagne est en 2017 avec 905 Mt CO2 éq. très loin de son objectif de 750 Mt CO2 éq. en 2020.
  • La réduction de la consommation d´énergie primaire : une baisse de la consommation d´énergie primaire de 20% d´ici 2020 par rapport à 2008 est prévue. L´indicateur se dégrade depuis 2014, l´objectif de 11 454 PJ (274 Mtep) en 2020 reste très éloigné avec 13550 PJ (323,6Mtep) en 2017.
  • La réduction de la consommation d´électricité : l´objectif de 553 TWh d´ici 2020 (baisse de 10% par rapport à 2008) est inatteignable (600 TWh en 2017).
  • Les coûts des interventions des gestionnaires des réseaux allemands relatifs à la stabilisation du réseau : en 2017 les coûts de stabilisation ont atteint avec 1,45 milliards d’Euros un niveau record. Cela correspond à une augmentation de plus de 60% par rapport à 2016. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser 1 €/MWh de l´électricité produite sur la base des énergies fatales (éolien, solaire). La valeur actuelle s´élève à 9,9 €/MWh donc très loin de l´objectif.
  • Les prix de l’électricité pour les ménages et pour l´industrie : le prix du KWh payé par le ménage allemand est le plus cher d’Europe. En 2017 le ménage allemand « moyen », avec une consommation située entre 2500 kWh et 5000 kWh, a payé 30,5 ct/kWh en 2017 contre 20,5 ct/kWh en moyenne dans le reste de l’UE. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser un écart de 25,5% par rapport à la moyenne de l´UE. Avec un écart actuel de presque 49% l´objectif reste très éloigné.
  • Le coût de soutien des énergies renouvelables : la subvention aux énergies renouvelables pour 2018 s´élève à 6,8 cts/kWh donc une légère baisse par rapport à 2017. La raison est l´augmentation attendue du prix de l´électricité sur le marché spot et une réserve de liquidité (Liquiditätsreserve) importante sur le compte attribué aux énergies renouvelables. Le critère de McKinsey est de ne pas dépasser 3,5 cts/kWh d´ici 2020.
  • La construction des lignes de transports d’électricité : le plan actuel de développement du réseau a déterminé 7700 km de lignes nouvelles ou renforcement des lignes existantes comme prioritaires. Le critère de McKinsey est l´objectif de construction de 3582 km d´ici 2020 : Actuellement 912 km seulement sont construits à la fin du premier trimestre 2018.

Analyse spéciale de  l´électromobilité

McKinsey a examiné comment le système énergétique allemand sera préparé au boom de l´électromobilité. Selon le cabinet, les répercussions sur la consommation d´électricité seraient faibles. La demande d´électricité pour un million de véhicules électriques serait de 2 à 3 TWh par an donc moins de 0,5% de la consommation totale. Même avec une part de 40% de véhicules électriques au parc, la consommation augmenterait  d´environ 40TWh par an, correspondant à moins de 10% de la consommation d´électricité totale.

C´est une autre chose concernant les réseaux de distribution. Les réseaux de distribution ne sont pas préparés à une demande massive de recharge des véhicules électriques et pourront vite arriver à  saturation. Le développement des réseaux de distribution est complexe et onéreux, s’élevant à plusieurs dizaines de milliards d´euros dans les 5 à 10 années prochaines.

 Référence

/1/ McKinsey,  communiqué de presse du 5.9.2018, « Energiewende: Verkehrswende wird für Verteilnetze zur großen Herausforderung », https://www.mckinsey.de/news/presse/energiewende-verkehrswende-wird-fur-verteilnetze-zur-grossen-herausforderung

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s