Résultat du deuxième test de résistance – Deux centrales nucléaires « prolongées » jusqu´à mi-avril 2023

Temps de lecture : 7 minutes

Texte mis à jour le 10.09.2022

Deux des trois tranches nucléaires encore en service en Allemagne, Isar 2 en Bavière et Neckarwestheim 2 en Bade-Wurtemberg vont être maintenues en veille comme « réserve ultime » jusqu´à mi-avril 2023. La centrale nucléaire d´Emsland sera arrêtée définitivement le 31.12.2022 selon le communiqué de presse du Ministère Fédéral de l’Economie et de la Protection du climat (BMWK) du 5 septembre 2022 /1/. Les annonces du Ministre Robert Habeck ont été accueillies diversement dans la coalition gouvernementale. Le parti libéral FDP, qui fait partie de cette coalition, avait auparavant demandé le maintien des centrales nucléaires au réseau. Pour la prolongation du fonctionnement de deux tranches, il faut modifier entre autres la Loi atomique. Il ne reste plus beaucoup de temps au gouvernement pour prendre une décision finale. Le débat sur la poursuite de l´exploitation des centrales nucléaires devrait durer encore quelques semaines.

enbw-enkk-standorte-neckarwestheim_1637839668019
Centrale nucléaire de Neckarwestheim dans l´arrondissement d´Heilbronn (Bade-Wurtemberg), tranche 2 au premier plan. Source : EnBW Kernkraft GmbH (EnKK)

Compte tenu de la réduction de l´approvisionnement en gaz russe, les inquiétudes grandissent quant au passage de l´hiver 2022/23. Le Ministère de l´Économie et de la Protection du Climat a fait réaliser un « nouveau test de résistance » pour la sécurité de l´approvisionnement en électricité dans des conditions plus difficiles entraînant un cumul des risques. La question de la poursuite éventuelle de l´exploitation des centrales nucléaires serait également réévaluée à la lumière des résultats. Un examen antérieur, réalisé en mars 2022, avait exclu la prolongation de leur durée de fonctionnement /2/.

Les quatre gestionnaires de réseau de transport allemands ont présenté le 5 septembre 2022 les résultats du deuxième test de résistance /1/.  Par rapport au premier test de mai 2022, les hypothèses pour les trois scénarios étudiés ont été considérablement durcies.

Il s´agit entre autres d´hypothèses sur :

  • l´étiage des cours d´eau qui alimentent les centrales à charbon, suite à la sècheresse estivale
  • la disponibilité du parc nucléaire français l´hiver prochain
  • la situation globalement tendue sur les marchés de l´énergie depuis la guerre en Ukraine

Le but était de répondre à deux questions essentielles : la quantité d´électricité disponible en Allemagne et dans les pays européens voisins est-elle suffisante pour répondre aux besoins ? Le réseau électrique reste-t-il stable dans ces conditions ?

Le test de résistance conclut qu´il est très improbable que le système électrique connaisse des situations de crise pendant plusieurs heures au cours de l´hiver 2022/23, sans toutefois exclure des situations difficiles. C´est pourquoi une série de mesures supplémentaires ont été recommandées afin d´éviter, même dans ces scénarios très improbables, des coupures du réseau. Certaines des mesures recommandées ont été déjà mises en œuvre ou sont en cours de mise en œuvre, par exemple le retour au charbon dans la production électrique pour baisser la consommation de gaz /2/.

Dans le but de sécuriser la production d´électricité dans le sud de l´Allemagne pendant l´hiver 2022/23, si nécessaire, deux des trois tranches nucléaires encore en service en Allemagne, Isar 2 en Bavière près de Munich et Neckarwestheim 2 près de Heilbronn en Bade-Wurtemberg resteront en « réserve ultime » jusqu´au 15 avril 2023 après cessation de leur exploitation régulière le 31.12.2022 /3/.

La centrale nucléaire d´Emsland sera arrêtée définitivement le 31.12.2022. Pour la région du nord de l´Allemagne d´autres instruments pourraient être utilisés, comme par exemple des centrales au fioul supplémentaires sous forme de centrales électriques flottantes appelées « Power-Barges ».

La recharge de combustibles neufs ne sera pas admise. Les centrales fonctionneront en stretch-out (pilotage en prolongation de cycle). Selon le ministère, les centrales nucléaires ne peuvent apporter qu´une contribution limitée dans des situations critiques. Si les trois centrales nucléaires usaient complètement leurs combustibles actuels, cela ne réduirait que très légèrement la production d´électricité dans les centrales à gaz en Allemagne, soit d´environ 0,9 TWh /1/.

Au premier semestre 2022, les trois dernières centrales nucléaires encore en service ont produit presque 7% de la production brute de l´électricité du pays, soit environ 17 TWh /4/.

Une prolongation au-delà de la mi-avril 2023 ou une réactivation de la réserve au cours de l´hiver 2023/2024 sont exclues « en raison de l´état de sûreté des centrales nucléaires et des considérations fondamentales sur les hauts risques du nucléaire » selon le Ministre Fédéral de l’Economie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Les annonces du Ministre et membre des Verts ont été accueillies diversement en Allemagne : approbation des Verts, prudence des Sociaux-Démocrates (SPD), critique des Libéraux (FDP) et de l´opposition Chrétienne-démocrate (CDU) et indignation des organisations environnementales.

Le FDP, qui fait partie de la coalition gouvernementale, avait auparavant demandé le maintien des centrales nucléaires au réseau.

Les Chrétiens-démocrates (CDU) auraient préféré une prolongation du nucléaire à pleine puissance d´au moins trois à quatre ans jusqu´à ce l´Allemagne sorte de la crise actuelle. Mais il ne faut pas oublier que c´était le gouvernement de Mme Merkel (CDU) qui avait décidé en 2011 la sortie accélérée du nucléaire d´ici 2022, suite à la frénésie médiatique provoquée par l´accident de Fukushima.

Selon les exploitants, le concept de la « réserve ultime » doit être examiné sous l´angle de la faisabilité technique et organisationnelle. Le personnel nécessaire à une éventuelle remise en service devra être tenu à disposition. De plus les centrales nucléaires ne sont pas conçues comme « centrales de réserve » pouvant être activées et désactivées de manière rapide notamment en fin de cycle de fonctionnement.

Explication : Le projet actuel du ministre prévoit que les deux centrales seront déconnectées du réseau fin 2022 et les réacteurs mis en « arrêt à froid » en attente d´une demande éventuelle de redémarrage. Selon les règles générales d´exploitation, le circuit primaire d´un réacteur en état « arrêt à froid » est plein d´eau borée. Mais un réacteur en fin de cycle (régime « stretch-out ») a besoin d´une concentration en bore proche de zéro pour le fonctionnement en puissance. De plus la manœuvrabilité du réacteur est très réduite. Pour un démarrage en fin de cycle il faut donc diluer la concentration en bore du circuit primaire par ajout d´eau déminéralisée. Avec un volume d´eau de plus de 300 m³ dans le circuit primaire, d´importantes quantités d´eau doivent être transformées et retraitées. Il faut au moins une semaine pour coupler la centrale nucléaire au réseau après demande. Si l´on ajoute à cela les obstacles bureaucratiques prévus par le ministre Robert Habeck avant le feu vert pour le démarrage, deux semaines ou plus pourraient s´écouler. Il n´est donc guère possible de réagir à court terme à des situations critiques du réseau, comme par exemple des conditions météorologiques défavorables pour les énergies renouvelables intermittentes.

Le mode de fonctionnement des centrales n´est pas encore fixé. L´usure des cœurs de réacteur a été optimisée pour l´objectif fin 2022. Si les exploitants doivent conserver de la réactivité pour un fonctionnement en continu jusqu´à mi-avril il faudrait dès maintenant abaisser la puissance. Mais il est tout-à-fait probable que les centrales ne soient pas activées en 2023.

Les exploitants perdraient donc de l´argent car les centrales n´auraient pas fonctionné à pleine puissance en 2022. De plus, en raison du court terme, les coûts du report des travaux prévus pour le démantèlement, y compris les pénalités de retard réclamées par les entreprises sous contrat, devraient être pris en charge par le gouvernement.

C´est à négocier entre les deux exploitants PreussenElektra GmbH et EnBW Kernkraft GmbH /4/ et le gouvernement.

Mettre les centrales nucléaires en réserve ultime au lieu de les utiliser pour la production et ainsi atténuer l´explosion du prix de l´électricité et contribuer à la sécurité d´approvisionnement… Le sens de ce compromis de Robert Habeck est difficile à comprendre. De là à supposer que les conditions de leur utilisation comme « réserve ultime » sont conçues de telle sorte que leur fonctionnement au-delà de 2022 soit peu probable…

Selon les experts de l´association nucléaire allemande, KernD (Kerntechnik Deutschland e.V.), la proposition de M. Habeck sur l´exploitation des centrales nucléaires ne conduit pas à la détente du marché de l´électricité et la faisabilité est douteuse. Des améliorations seraient nécessaires /6/.

Pour la prolongation du fonctionnement de deux tranches, il faut modifier les lois, notamment la Loi atomique. Il ne reste plus beaucoup de temps au gouvernement pour prendre une décision finale. Le projet de Robert Habeck sur le maintien en veille comme « réserve ultime » temporaire de deux centrales nucléaires a été au centre du débat général au parlement (Bundestag) le 07.09.2022. La discussion sur la poursuite de l´exploitation des centrales nucléaires devrait durer encore quelques semaines.

Références

/1/ BMWK (2022) Stresstest zum Stromsystem: BMWK stärkt Vorsorge zur Sicherung der Stromnetz-Stabilität im Winter 22/23, Communiqué de presse du 05.09.2022, en ligne : https://www.bmwk.de/Redaktion/DE/Pressemitteilungen/2022/09/20220905-stresstest-zum-stromsystem.html

/2/ Allemagne-Energies (2022) Retour au charbon dans la production électrique pour baisser la consommation de gaz, en ligne : https://allemagne-energies.com/2022/06/11/retour-au-charbon-dans-la-production-electrique-pour-baisser-la-consommation-de-gaz/

/3/ Allemagne-Energies (2022) Historique de la sortie du nucléaire, en ligne : https://allemagne-energies.com/sortie-du-nucleaire/

/4/ Allemagne-Energies (2022) Allemagne : Les énergies renouvelables ont couvert 49% de la consommation brute d´électricité au premier semestre de 2022, en ligne : https://allemagne-energies.com/2022/07/13/allemagne-les-energies-renouvelables-ont-couvert-49-de-la-consommation-brute-delectricite-au-premier-semestre-de-2022/

 / 5 / EnBW (2022) Vorschlag zum Reservebetrieb von Kernkraftwerken: EnBW prüft Umfang der Machbarkeit nach Klärung weiterer Details, Communiqué de presse du 05.09.2022, en ligne : https://www.enbw.com/unternehmen/presse/vorschlag-zum-reservebetrieb.html

/6/ KernD (2022) Habecks Vorschlag zum KKW-Weiterbetrieb: Keine Entlastung des Strommarktes, Realisierbarkeit fragwürdig, Nachbesserung notwendig, Communiqué de presse du 06.09.2022, en ligne : https://www.kernd.de/kernd/presse/pressemitteilungen/2022/2022-09-06_Vorschlag-Weiterbetrieb-Strommarkt-Realisierbarkeit-Nachbesserungen.php

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.