La mise en service éventuelle d´une nouvelle centrale à charbon en Rhénanie-Westphalie est une pierre d’achoppement

Temps de lecture : 6 minutes

L´intention de Uniper de mettre en service une nouvelle centrale à charbon en 2020 serait techniquement raisonnable mais représente une gageure en termes de communication. Le Ministre Président de Rhénanie-Westphalie plaide en faveur de la mise en service de la centrale mais aucune décision n´est encore prise par le gouvernement fédéral.

image-power-plant-datteln4 new
Centrale à charbon Datteln 4 (source Uniper)

Le site de Datteln en Rhénanie-Westphalie

Le site de Datteln en Rhénanie-Westphalie se compose de 4 centrales à charbon. Les centrales à charbon Datteln, tranches 1 à 3, représentaient une puissance nette totale d´environ 303 MW. Ces centrales n´ont pas seulement fourni de l´électricité mais aussi l´énergie électrique pour le chemin de fer et l´énergie pour le chauffage urbain. Les trois tranches mises en service dans les années soixante ont été déclassées en 2014.

La tranche Datteln 4 a été construite pour remplacer ces trois centrales arrêtées. C’est l’une des centrales au charbon les plus modernes et les plus efficaces en Europe avec un rendement électrique de plus de 45 % et un rendement global allant jusqu’à 60 % grâce à la cogénération /1/.

Sur la puissance de 2400 MWth et de 1100 MWe brute, 413 MW (~ 40%) seront mis à disposition pour l´alimentation électrique des chemins de fer (16,7 Hz) et 642 MW (~ 60%) seront injectés dans le réseau public. En outre, jusqu’à 380 MWth seront utilisés pour la cogénération pour le chauffage urbain ce qui porterait le taux d’utilisation du combustible à 60%.

La centrale Datteln 4, qui aurait dû démarrer en 2011, a pris beaucoup de retard à cause des interminables litiges juridiques et de pannes techniques.

Environ 1,5 milliard d’Euros ont été investis dans cette centrale à charbon. La date de mise en service est maintenant programmée pour courant 2020.

Quels sont les intérêts d’Uniper ?

La nouvelle centrale fournira l´électricité non seulement pour le réseau public mais aussi pour le chemin de fer allemand (Deutsche Bahn) et en outre l´énergie pour le chauffage urbain des zones résidentielles avoisinantes.

Une centrale au charbon moderne comme Datteln 4 consomme un bon cinquième de charbon en moins et émet grâce à son rendement supérieur environ 20% de CO2 en moins qu´une vieille centrale à charbon.  Comme la consommation d’électricité en Allemagne stagne, Datteln 4 écartera du marché spot (merit order) d´autres centrales à charbon ayant un rendement inférieur. Ainsi, les émissions de CO2 diminueraient compte tenu de l´éviction des centrales au charbon plus polluantes et moins compétitives.

La mise en service de la nouvelle centrale en 2020 ne modifierait pas la date de sortie du charbon, soit 2038, mais Uniper pourrait s´assurer un revenu pendant au moins quelques années.

Où est le problème ?

Il existe actuellement 18,9 GW de centrales au lignite et 21,4 GW de centrales au charbon sur le réseau. En outre, 2,3 GW de centrales au charbon sont en réserve et 1,9 GW de centrales au lignite sont en réserve sécurité. Une centrale au charbon de 1,1 GW (Datteln 4) est actuellement en construction. Donc au total 45,6 GW disponibles en 2020 si Datteln 4 était connectée au réseau.

Une Commission gouvernementale, aussi appelée « Commission Charbon », a préconisé début 2019 que la production d’électricité à partir du lignite et de la houille soit progressivement réduite, de sorte que la capacité des centrales sur le réseau en 2022 sera d’environ 30 GW (15 GW de lignite et 15 GW de houille), 17 en 2030 (9 GW de lignite et 8 GW de houille) et zéro GW au plus tard à la fin 2038 /2/.

De plus la « Commission charbon » avait recommandé qu’une solution soit trouvée avec les exploitants afin que les centrales à charbon en construction ne puissent plus être raccordées au réseau. Cela ne s’appliquerait en fait qu’à une seule centrale : Datteln 4.

La « Commission Charbon » a ainsi répondu en particulier aux préoccupations exprimées par les groupes environnementaux. Ces groupes sont bien entendu contre une mise en service considérée comme une « attaque » contre le compromis laborieusement négocié par la « Commission Charbon ».

Dans le débat actuel sur le climat et compte tenu des recommandations de la commission charbon, toute nouvelle mise en service d´une centrale à charbon représente une gageure en communication pour le gouvernement. Si la nouvelle centrale à charbon d´Uniper devait être raccordée au réseau, ce serait exactement le contraire de ce que la « Commission Charbon » avait recommandé.

Aucune prise de position officielle du gouvernement fédéral pour l´instant

Cette tranche pouvant fonctionner pendant très longtemps, le gouvernement allemand devrait payer une compensation élevée pour empêcher la mise au réseau de Datteln 4. Au lieu de cela, l´autorisation d´une mise service de cette centrale pourrait même être présentée comme raisonnable en termes de politique climatique sans toucher à la date de sortie du charbon, soit 2038 : une centrale au charbon moderne est comparativement plus propre (-20% d´émissions CO2) qu’une vieille centrale au charbon. Bien sûr, à condition que les vieilles centrales soient déclassées à un rythme accéléré.

Actuellement, côté du ministre fédéral de l´Économie et de l´Énergie aucune décision n´est prise concernant la mise en service de la nouvelle tranche. Le gouvernement fédéral n’a pas non plus présenté le projet de loi sur la sortie progressive du charbon promis pour fin 2019 au plus tard.

Référence

/1/ Uniper (2019) Kraftwerk Datteln 4, https://www.uniper.energy/de/datteln-4

/2/ Allemagne-Energies (2019) Allemagne : Une sortie du charbon préconisée d’ici 2038. En ligne : https://allemagne-energies.com/2019/01/27/allemagne-une-sortie-du-charbon-preconisee-dici-2038/.

Le Conseil des ministres allemand approuve le projet de loi sur les aides fédérales pour accompagner la sortie du charbon

2019-08-09-luftbild-hambach
Mine à ciel ouvert de lignite à Hambach en Rhénanie-Westphalie (source RWE)

Temps de lecture : 4 min

Adopté par le Conseil des ministres le 28.8.2019, le projet de loi sur les aides fédérales vise un soutien structurel avec 40 milliards d’euros jusqu’en 2038 aux régions lignitifères de la Rhénanie-Westphalie, du Brandebourg, de la Saxe et de la Saxe-Anhalt en vue de la fermeture de leurs centrales au lignite. 

Le projet de loi /1/ met en œuvre les recommandations de janvier 2019 /2/ de la Commission « Croissance, Changement structurel et Emploi », également appelée « Commission Charbon ». L’objectif de la loi est de préserver et d’étendre les emplois, de garantir durablement la qualité de vie des habitants de ces régions et, dans le même temps, d’apporter une contribution importante à la protection du climat en supprimant progressivement la production d’électricité à base de charbon/lignite.

Pour accompagner les restructurations des régions touchées, elles bénéficieront d’une aide financière pouvant atteindre 14 milliards d’euros d’ici 2038 pour des investissements particulièrement importants. Les régions pourront utiliser cette aide financière pour stimuler l’économie dans un large éventail de domaines, tels que les infrastructures liées aux entreprises, à l’amélioration des transports publics et de la mobilité, à l’internet haut débit, à la protection de l’environnement et des paysages.

D’autre part, le gouvernement fédéral soutiendra les régions à hauteur de 26 milliards d’euros par d’autres mesures relevant de sa propre responsabilité, telles que l’extension des programmes de recherche et de financement ou la création d’institutions fédérales. En outre, le gouvernement fédéral souhaite développer plus rapidement les infrastructures de transport des régions.

Des sites de centrales à charbon (houille) dans différentes régions structurellement faibles ainsi que l´ancien bassin minier de lignite d’Helmstedt en Basse-Saxe seront également soutenus par des fonds fédéraux avec 1,09 milliards d´Euros jusqu’en 2038.

Cependant, rien n’a encore été décidé. La loi doit encore être adoptée par le Parlement et le Conseil Fédéral des Länder, où  critiques et  souhaits d’élargissement ne manqueront pas. En outre, la loi sur les aides fédérales est liée à une autre loi. Ce n’est que lorsque cette loi sur la sortie du charbon/lignite en tant que telle aura été décidée que la loi sur les aides fédérales entrera en vigueur.

Le Ministère Fédéral de l´Économie et de l´Énergie a publié début juillet 2019 le cadre et les prochaines étapes de la législation sur la sortie du charbon et du lignite /3/. On s’attend à ce que le gouvernement établisse un projet de loi d’ici fin 2019.

Le gouvernement négocie à présent avec les exploitants de centrales à lignite sur les conditions de fermeture. Les énergéticiens attendent des compensations financières pour la fermeture prématurée de leurs centrales.

La sortie des centrales à charbon (houille) suivra un autre processus avec appels d’offres dans un premier temps/3/. Les exploitants de centrales à charbon peuvent proposer un prix pour l´arrêt définitif de leurs centrales. L’adjudication sera attribuée à ceux qui soumissionnent au coût le plus bas par émission de CO2. Cela permettra d’économiser les émissions de CO2 à moindre coût.

Références

/1/ BMWi (2019), Communiqué de presse du 28.08.2019 : Altmaier: „Mit Sturkturstärkungsgesetz sichern wir Strukturförderung von Kohleregionen bis 2038“, https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Pressemitteilungen/2019/2019-08-28-altmaier-mit-sturkturstaerkungsgesetz-sichern-wir-strukturfoerderung-von-kohleregionen-bis-2038.html

/2/ Allemagne-Énergies (2019) : « Allemagne : Une sortie du charbon préconisée d’ici 2038″, https://allemagne-energies.com/2019/01/27/allemagne-une-sortie-du-charbon-preconisee-dici-2038/

/3/ BMWi (2019) : « Rahmen und nächste Schritte für die Kohleausstiegsgesetzgebung », https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Downloads/P-R/rahmen-und-naechste-schritte-kohleausstiegsgesetzgebung.pdf?__blob=publicationFile&v=10