Appel d´offres du photovoltaïque 2019 : les raisons possibles de la forte hausse de prix

Innogy

Temps de lecture : 3 min

  • L’Agence Fédérale des Réseaux (Bundesnetzagentur) a publié fin mars 2019 les résultats du 2e appel d’offres de 2019 pour des installations photovoltaïques de plus de 750 kW. Le prix moyen d´adjudication est en forte hausse par rapport à 2018 et la session précédente en 2019.
  • Le résultat de l´appel d’offres bi-technologies (éolien terrestre et solaire), publié le 18 avril 2019, confirme la tendance haussière du prix d´adjudication du photovoltaïque.

Le résultat du dernier appel d’offres pour le photovoltaïque /1/ sort de la tendance observée en 2017 et 2018 /2/. Sur l’ensemble des projets retenus, les prix d´adjudication s’étalaient de 39 €/MWh à 84 €/MWh. Le prix moyen pondéré est avec 65,9 €/MWh en forte hausse.

La figure 1 montre les résultats d´appels d´offres du photovoltaïque en 2017, 2018 et au premier semestre 2019.

resultats AO 2019
Figure 1 : Résultats d´appels d´offres du photovoltaïque en 2017, 2018 et au premier semestre 2019

Les raisons possibles de la forte hausse de prix

Il y avait plusieurs particularités lors du 2e appel d’offres de 2019 pour des installations photovoltaïques : il s´agit du premier appel d´offres supplémentaire (Sonderausschreibung) d´un volume de 500 MW pour atteindre les 65 % EnR en 2030. Les précédents appels d´offres avaient une puissance appelée moins importante, entre 175 et 200 MW.

Le montant d´adjudication maximal admis a été fixé à 89,1 €/MWh par l´Agence Fédérale des Réseaux (Bundesnetzagentur), donc une valeur relativement élevée pour un volume si important.

De nombreux projets de champs photovoltaïques en Bavière  ont été exclus de l´appel d´offres, compte tenu du fait que la Bavière avait déjà dépassé son quota. De plus de nombreux projets (~ 200 MW) ont dû être exclus pour vice de forme.

La forte hausse du prix s´explique par des effets d’aubaine compte tenu du volume et un plafond de prix élevé, et l´exclusion de certains concurrents, notamment en Bavière.

Le résultat de l´appel d’offres bi-technologies 2019 confirme la tendance haussière du prix

L’Agence Fédérale des Réseaux (Bundesnetzagentur) a publié mi-avril 2019 /3/ le résultat de l´appel d’offres bi-technologies combinant solaire et éolien terrestre. Il s´agit du 3e appel d’offres de ce type. Dans les deux sessions précédentes, l´éolien terrestre n’a pas reçu l’adjudication. Cette fois ci aucune offre n’a été soumise pour l’éolien terrestre. Donc le volume total attribué de 210,8 MW pour une cible de 200 MW a été entièrement octroyé au photovoltaïque.

La fourchette des prix s’étend de 45 €/MWh à 61 €/MWh. Le prix moyen pondéré d´adjudication s’affiche à 56,60 €/MWh, donc en légère hausse comparé au prix moyen de 52,70 €/MWh lors du précédent appel d’offres en novembre 2018 /2/.

Selon l´Agence Fédérale des Réseaux, ce résultat ne doit pas être considéré isolément mais en combinaison avec l´appel d´offres supplémentaire (Sonderausschreibung) d´un volume de 500 MW du mois précédent (voir plus haut) qui a déjà conduit à une forte hausse du montant d´adjudication.

Il faut attendre les résultats des prochains d´appels d´offres pour voir s´il s´agit d´une anomalie ou une tendance systématique.

Références

/1/ Bundesnetzagentur, communiqué de presse du 28 mars 2019 : « Ergebnisse der Ausschreibung für Solaranlagen », https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Pressemitteilungen/DE/2019/20190328_Solar.html?nn=265778

/2/ Allemagne-energies 2018 : « Retour d´expérience des appels d´offres en 2017 et 2018 selon la loi sur les énergies renouvelables de 2017 (EEG 2017) », https://allemagne-energies.com/2018/12/09/retour-dexperience-des-appels-doffres-en-2017-et-2018-selon-la-loi-sur-les-energies-renouvelables-de-2017-eeg-2017/)

/3/ Bundesnetzagentur, communiqué de presse du 18 avril 2019 :  »  Ergebnisse der gemeinsamen Ausschreibungen nach dem EEG », https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Pressemitteilungen/DE/2019/20190418_Ausschreibungen.html?nn=265778

 

La Fédération allemande des industries de l’énergie et de l’eau (BDEW) demande des incitations à l’investissement pour la construction de nouvelles centrales moins émettrices en CO2

Temps de lecture : 3 – 4 min

Début avril 2019 la Fédération allemande des industries de l’énergie et de l’eau (BDEW) a publié ses prévisions sur le développement du parc des centrales conventionnelles à l´horizon 2023. La capacité du parc pourrait baisser à 67,3 GW contre 88,6 GW aujourd’hui. Des incitations à l´investissement pour la construction de nouvelles centrales seraient nécessaires pour faire face à des situations de pointe prévues à 81,8 GW au début des années 2020.

Le BDEW attire une fois plus l´attention sur l´érosion du parc thermique d´ici 2023 /1/ (voir aussi /3/ et /4/). Entre fin 2017 et mars 2019 la capacité totale du parc des centrales conventionnelles a diminué d´environ 2,8 GW à 88,6 GW. Malgré la mise en service prévue d´une nouvelle capacité de 4,6 GW de centrales à gaz, la capacité totale du parc pourrait tomber à 67,3 GW d´ici 2023 compte tenu de la mise hors service prévisionnelle d´environ 26 GW.

Selon le pronostic de l´agence fédérale des réseaux, la demande en situation de pointe pouvant atteindre 81,8 GW au début des années 2020, le parc conventionnel ne pourrait donc plus assurer l´équilibre offre – demande d´électricité. L´approche du BDEW ne tient pas compte des importations des pays voisins et des énergies renouvelables considérées comme peu fiables pour la gestion des périodes de pointe compte tenu du fait qu´une grande partie des 120 GW installés fin 2018 /5/ est intermittente (éolien, photovoltaïque).

La figure 1, extraite d´une présentation du BDEW lors de la foire de Hanovre 2019 /2/ montre le développement du parc conventionnel à l´horizon 2023.

KK Kapa_1
Figure 1 : Centrales conventionnelles – évolution du parc 2017 – 2023

La capacité prévisionnelle de 67,3 GW en 2023 suppose :

  • la construction d´une capacité de 4,6 GW de centrales à gaz,
  • le maintien – pour cause d´importance systémique – d´une capacité de 6,9 GW
  • la mise en œuvre par le gouvernement de la proposition de la commission gouvernementale aussi appelée « Commission charbon ». La Commission préconise l´arrêt d´une capacité d´au moins 12,6 GW, dont 7,7 GW de centrales à charbon et 4,9 GW de centrales à lignite d´ici 2022. Cela nécessiterait un arrêt supplémentaire d´une capacité de 6,7 GW en plus des arrêts déjà effectués en 2018 ou prévus jusqu`à 2022.

Malgré l´augmentation du prix de l´électricité sur le marché spot, les conditions financières pour la construction de nouvelles centrales à gaz ne sont pas réunies. Seuls 10 projets sont en construction dont tout juste 600 MW de centrales à gaz.

Parmi les nouvelles capacités à gaz prévues d´ici 2023, 960 MW seront des centrales de cogénération et 1200 MW (4 centrales à gaz à 300 MW) des centrales destinées à assurer, en cas de besoin, la sécurité d’approvisionnement en Allemagne du sud suite à l´arrêt définitif du nucléaire et au lent développement du réseau.

Pour garantir la construction des nouvelles centrales à gaz en temps voulu, le gouvernement allemand devrait mettre en place un cadre d’incitation à l’investissement selon le BDEW. L´Allemagne ne dispose pas d´un mécanisme de capacité, rémunérant les installations pour la capacité qu’elles mettent à disposition du marché. Actuellement l´agence fédérale des réseaux décide au cas par cas si une centrale a une importance systémique pour obtenir une rémunération complémentaire : ce qui ne donne pas de garanties suffisantes aux investisseurs.

Références

1/ BDEW (2019), communiqué de presse du 1.4.2019 :  „Neubau von CO2-armen Kraftwerkskapazitäten stockt – Nur 10 Kraftwerke im Bau“ (Kraftwerksliste), https://www.bdew.de/presse/presseinformationen/neubau-von-co2-armen-kraftwerkskapazitaeten-stockt/

/2/ BDEW (2019), Foliensatz: Entwicklung der Stromerzeugung, des Stromverbrauchs und des Kraftwerkparks, https://www.bdew.de/media/documents/PI_20190401_Foliensatz-PK-Hannover.pdf

/3/ Allemagne-Energies (2018) : « Érosion des moyens de production pilotables dans l´Union Européenne », https://allemagne-energies.com/2018/09/01/erosion-des-moyens-de-production-pilotables-dans-lunion-europeenne/

/4/ Allemagne-Energies (2018) : « La capacité de production en pointe du parc allemand pourrait ne plus garantir la sécurité d’approvisionnement à partir de 2020 lors d’un hiver rigoureux (mise à jour du 24 avril 2018),  https://allemagne-energies.com/2018/01/26/la-capacite-de-production-en-pointe-du-parc-allemand-pourrait-ne-plus-garantir-la-securite-dapprovisionnement-a-partir-de-2020-lors-dun-hiver-rigoureux

/5/ Allemagne-Energies (2019) : « Le paysage énergétique allemand en 2018 », https://allemagne-energies.com/2019/01/07/le-paysage-energetique-allemand-en-2018/